Swipe to the left

Test Brooks Glycerin 16 - Running Conseil

Test Brooks Glycerin 16 - Running Conseil
Par Running Conseil 29 octobre 2018 20964 Vues Aucun commentaires

Test Brooks Glycerin 16 :

Greg, testeur Brooks Glycerin 16

Carte d'identité Testeur :

  • Prénom : Greg
  • Âge : 46 ans
  • Poids : 75 kg
  • Taille : 1m80
  • Nombre de séances : 6 séances
  • Distance de prédilection : ULTRAS (routes) Pronateur fatigue, hautes arches, pieds fins et grecs.

Performances :

  • 100 km : 11h20
  • 24H : 175 km
  • 48h : 230 km
  • 72h : 320 km
  • 6 jours : 487 km

Mes 3 modèles de chaussures "références" :

  • 1 : TRANSCEND (2 modèles)
  • 2 : CASCADIA (10 modèles)
  • 3 : PUREGRIT 6 (5 modèles)
  • 4 : GHOST (2 modèles)

Première impressions :

Sortie de boite : Joli look, original et sobre…proche du tigre de Bengale avec ces taches oranges et tout ce noir qui domine ! La hauteur générale est proche d’une Hoka Clifton et c’est bien le cas quand on compare les hauteurs de semelle (32mm/22mm pour la Glycerin et 30mm/25mm pour la Clifton). La toe box est de forme ronde, on est très à l’aise au niveau des doigts de pieds. On ne voit pas de renfort particulier au niveau de l’empeigne, juste un micro pare-pierres sur la pointe et un film plastique sur les 2 côtés du pied.
La languette monte assez haut sur le releveur et elle forme une sorte de chausson évitant le risque de glissement de la languette. Les lacets sont plutôt plats et légèrement élastiques, un peu longs et difficiles à serrer (il semble avoir étaient changés sur le modèle gris Nightlife), je préfère les lacets plats de la Ghost (et je les change donc). Le mesh est composé de deux couches, il semble bien aéré (mais finalement non !), très souple (trop peut être) et laisse apparaître la couleur secondaire sur le devant et les côtés et les éléments réfléchissants sur le talon.
Le renfort au niveau talon et malléole est bien rembourré.
Donc, direction les Glycerin, modèle que je ne connais pas du tout. En ce moment, je cours plutôt avec les Ghost 11 dont je suis très fan mais je suis heureux de tester un amorti maximal de chez Brooks.

Compte rendu des séances test

Séance 1 :

footing en endurance fondamentale (première séance test)
  • Durée : 60min
  • Distance : 10 km
  • Type de sols : Mixte
  • Conditions météo : Sec
  • Contenu de la séance : Footing de 60min
  • Confort :
  • Amorti :
  • Souplesse :
  • Stabilité :

Impressions générales :

C’est assez déconcertant au début car l’amorti est très présent. Trop ? Non. Il suffit juste de faire quelques kilomètres avec et on se demande pourquoi on n’a pas couru plus tôt avec ce modèle. Le contact au sol est très doux et pour preuve aucun bruit de contact que soit sur les routes ou les chemins. La tenue de pied est moins bonne que pour la Ghost.
La respirabilité est moyenne. La souplesse de la chaussure est bonne. Le renfort cheville est très agréable, au moins autant que sur la Ghost. On ne ressent aucune mollesse dans l’amorti.

Note Globale :


Séance 2 :

Sortie moyenne sur route
  • Durée : 1h20
  • Distance : 13 km
  • Type de sols : Mixte
  • Conditions météo : Humide
  • Contenu de la séance : Footing de 1h20
  • Confort :
  • Amorti :
  • Souplesse :
  • Stabilité :

Impressions générales :

Séance intéressante car c’est la plus courante pour moi. Si elle offre le même confort au début qu’à la fin, ce sera tout bon pour moi. Je démarre tranquillement et je sens que c’est parfaitement là où la chaussure est le plus à l’aise. Je reste toujours aussi surpris par le déroulé et le contact silencieux et souple avec le bitume. Malgré la hauteur de l’amorti, on est bien calé dans la chaussure et on ne se sent pas trop haut.
La chaussure me fait bien transpirer et mettra longtemps à sécher.

Note Globale :


Séance 3 :

travail de fractionné à allure modérée (85%FCM, allure semi, marathon ou trail, longues montées)
  • Durée : 60 min
  • Distance : 10 km
  • Type de sols : -
  • Conditions météo : -
  • Contenu de la séance : Footing de 45’ + 3 fois 6mn à 85-90%FCM en montées
  • Confort :
  • Dynamisme :
  • Stabilité :

Impressions générales :

Un aller-retour de 10 km avec 200 m de dénivelé uniquement sur routes. La Glycerin se fait complètement oubliée sur ce type de séance même si on se sent moins bien qu’à bord d’une Asteria. Dans les descentes, ça ne tape pas du tout et on se surprend à attaquer avec le talon sans aucune appréhension. Dans les montées, un peu à fond pour mon moteur de solex, la chaussure est très confortable et bien réactive.
Par contre, je ne la trouve pas très stable en mode vitesse.

Note Globale :


Bilan - Synthèse :

  • Nombre de séance : 10
  • Kilomètre total : 150 km

Impressions générales :

Franchement, aucune déception par rapport à ce que j’ai entendu sur ce modèle. Confort, durabilité et amorti protecteur. C’est ce dernier trait de caractère que j’adore plus particulièrement. En effet, pour faire une traversée de plusieurs jours avec 15 ou 18 heures de course sur routes, c’est ce modèle que je choisirai.

Après on n’est pas obligé d’être aussi extrême et on peut considérer que la Glycerin n’est pas une chaussure de running spécifique mais qu’elle peut encaisser n’importe quelle distance et tous les poids. Pour un coureur sans problèmes physiques particuliers, les entraînements vont se passer en douceur, confortablement installé dans le luxe d’un amorti DNA dernière génération.

Pour les points à revoir : La chaussure est longue à sécher après y avoir transpiré. La tenue de pied n’est pas fantastique et n’invite pas à faire des folies (escaliers en descente et dévers prononcés, séance en vitesse pure…).

Note Globale :